Adhérer

Devenez membre
et acceder aux ateliers, cours, activités, tarifs préférentiels, ...
En savoir plus

Inscrivez-vous pour rester informé de toute l'actualité de votre centre communautaire.

Accueil Accueil / Atelier - Loisirs - Voyage / Atelier de cuisine : autour du houmous Day au Centre Fleg


Atelier de cuisine : autour du houmous Day au Centre Fleg


A l’occasion de la journée internationale du Houmous !
Ateliers de cuisine au Centre Fleg à 11h et 14h.

Le houmous est une préparation culinaire du Proche-Orient, composée notamment de purée de pois chiches et de tahiné (purée de sésame). Il s’agit d’un plat typique de la cuisine arabe, juive, et méditerranéenne.

Cette préparation est d’origine très disputée : au moins huit pays se considèrent comme la mère patrie du houmous et la « guerre du houmous »est régulièrement relayée par la presse. Elle est également exportée pour être consommée en Europe ou en Amérique.
Le nom complet de la purée de pois chiches à la crème de sésame est « houmous bil tahini».
Le pays d’origine du houmous est donc inconnu, mais au moins huit pays sont candidats, notamment le Liban, Israël et la Palestine qui sont les plus actifs sur le sujet, mais également la Grèce, la Turquie, la Jordanie, la Syrie et l’Égypte. La « guerre du houmous » est régulièrement relayée par la presse. Un documentaire y est d’ailleurs consacré.
Les pois chiches, après être réduits en purée très fine, sont mélangés au tahiné (tahini, téhina). La purée onctueuse est assaisonnée à l’aide d’ail écrasé, de sel et de jus de citron. La purée de pois chiches est présentée avec de l’huile d’olive, sur laquelle on saupoudre généralement du cumin en poudre et du piment d’Alep. Dans certaines régions (notamment en Syrie), il est commun d’y mettre des graines de grenade (apportant une subtile touche d’acidité et de texture), ainsi que de petits dés de tomates. On peut y ajouter une aubergine, préalablement cuite au four, que l’on mixera avec les pois chiches, elle joue un peu le rôle de liant et rend le houmous moins sec.

Pas moins de huit pays se disputent la paternité du houmous, dont la naissance remonte à l’époque ottomane. Pour Israël, l’enjeu est de taille puisqu’il s’agit de s’ancrer au Proche-Orient. Mais les desseins de Tel-Aviv se heurtent à la résistance des Libanais, qui ont fait de ce plat un élément majeur de leur patrimoine national. Cette « guerre du Houmous » est un conflit, certes sans armes à feu ni artillerie lourde, mais où les passions frisent parfois l’irrationnel. Au moins huit pays revendiquent la paternité de ce mets. Colloques, livres et campagnes de presse à l’appui, tous affirment être le berceau d’une préparation culinaire dont les premières mentions écrites remontent à la Mésopotamie du VIIIe siècle avant J.C

 

 


Partager

Facebook Twitter


Jeudi
12 mai 2016
10h / 14h