Adhérer

Devenez membre
et acceder aux ateliers, cours, activités, tarifs préférentiels, ...
En savoir plus

Inscrivez-vous pour rester informé de toute l'actualité de votre centre communautaire.

Accueil Accueil / Blog / Le coup de cœur de Fleg : « La communauté juive portugaise de Tunis dite Livournaise ou Grana-Registres matrimoniaux


Le coup de cœur de Fleg : « La communauté juive portugaise de Tunis dite Livournaise ou Grana-Registres matrimoniaux


Un ouvrage de Gilles Boulu et Alain Nedjar

Le Cercle de Généalogie Juive a développé « une section tunisienne » dont le but est de perpétuer la mémoire d’une communauté au travers de recherches généalogiques qui se fondent notamment sur la collecte et l’analyse d’informations provenant de diverses sources (Archives diplomatiques, état civil de Tunis, relevés du cimetière du Borgel, état civil de Livourne …).
Thierry Samama a lancé la collection «Sources pour la Généalogie des Juifs de Tunisie» dont les deux premiers ouvrages s’intitulent respectivement « Les protégés du Consulat de France à Tunis 1830-1913 » (Liliane Nedjar & Thierry Samama) et « La communauté juive portugaise de Tunis, dite livournaise, au 19e siècle. Deux registres matrimoniaux inédits » (Gilles Boulu & Alain Nedjar).

Dans ce dernier ouvrage, les auteurs font part de la découverte de deux registres supplémentaires renfermant les contrats de mariage de cette communauté de Juifs italo-ibériques, dits « Grana ». Il s’agit des volumes 3 (1812-1844) et 6 (1872-1881), qui viennent compléter la précédente publication de trois registres matrimoniaux par Robert Attal et Joseph Avivi – de l’Institut Ben-Zvi de Jérusalem –  en 1989 et 2000.
Ces découvertes donnent désormais accès à un corpus exceptionnel de ketûbbot de manière continue entre 1788 et 1881. Non seulement les auteurs présentent le contenu de ces deux registres, établissent des statistiques sur cette communauté et reconstituent plusieurs exemples  de généalogies en croisant différentes sources, donnant vie à un corpus de données inestimable.
On remarquera un chapitre particulièrement original intitulé « Le langage des signes », lequel révèle la signification cachée des paraphes rabbiniques.
Les auteurs se sont  fixé la tâche de traduire et publier ces contrats de mariages pour les mettre à la disposition du public des généalogistes et des historiens. Il élargit le champ de perceptions et devient le tremplin de recherches spécifiques plus approfondies pour ceux qui désirent rendre plus palpable l’histoire de leurs ancêtres, pour eux-mêmes et pour leurs descendants.

En savoir plus : www.génealoj.org

 

 

 


Partager

Facebook Twitter


Paru le :
Mardi
8 décembre 2015