Adhérer

Devenez membre
et acceder aux ateliers, cours, activités, tarifs préférentiels, ...
En savoir plus

Inscrivez-vous pour rester informé de toute l'actualité de votre centre communautaire.

Accueil Accueil / Conférence / Séminaire de M.A. OUAKNIN « l’imaginaire »


Séminaire de M.A. OUAKNIN « l’imaginaire »


thème de l’année : l’imaginaire dans les textes de la tradition juive

Séminaire 2014-2015

 

« Imagination », « imaginaire », « imaginal », « image », « imagerie », sont, à l’heure du développement exponentiel des technologies numériques, des mots qui portent et renouvellent notre interrogation sur le monde, sur les questions de la perception, du réel et du virtuel, de l’illusion et de la vérité.

Ces questions ne sont pas nouvelles et parcourent la philosophie depuis sa naissance. Les ombres, les reflets, les fantaisies, les illusions, magnifiés par les autres, rejetés par les autres, mais toujours interrogés. Koah hamedamé, la faculté imaginative disent les philosophes juifs traduisant à leur façon cette capacité de l’esprit  à percevoir le monde, à créer et recevoir des images. C’est toute la théorie de la prophétie qui est en jeu dans ces question chez Maïmonide, par exemple dans la deuxième partie du Guide des égarés, qui interroge par ce biais les questions de l’apparition, de la vision, du songe, de l’image et de la ressemblance. Ces derniers termes nous rappelant la dimension ontologique de l’imaginaire chez un homme créé demout et tsélem, à l’ « image» et à la « ressemblance » de son créateur. Questions d’autant plus essentielles que nous sommes au cœur d’une tradition qui s’est confronté à un interdit de la représentation, souvent très mal compris !

Au-delà des aspects purement théologique, métaphysique, psychologique et philosophique, n’est-ce pas la question de l’art et de la création qui se profile ici ? Au-delà de la perception des images, la question de l’imagination n’est-elle pas la capacité à en inventer de nouvelles ? Qu’est-ce qu’une œuvre littéraire ? Plastique ? Musicale ?

Le prophète et l’artiste ne nous conduisent-t-ils pas sur la voie d’un voyage dans les profondeurs du mécanisme de l’esprit pour nous permettre de mieux comprendre non seulement ce qu’est l’homme mais ce qu’il peut encore devenir ? Comme dit magnifiquement Bachelard dans cette citation que je désire placer en exergue du Séminaire de cette année : « L’imagination n’est pas seulement, comme le suggère l’étymologie, la faculté de former des images de la réalité; elle est la faculté de former des images qui dépassent la réalité, qui chantent la réalité.  Elle est une faculté de surhumanité. Un homme est un homme dans la proportion où il est un surhomme. On doit définir un homme par l’ensemble des tendances qui le poussent à dépasser l’humaine condition. Une psychologie de l’esprit en action est automatiquement la psychologie d’un esprit exceptionnel, la psychologie d’un esprit que tente l’exception : l’image nouvelle greffée sur une image ancienne.  L’imagination invente plus que des choses et des drames, elle invente de la vie nouvelle, elle invente de l’esprit nouveau; elle ouvre des yeux qui ont des types nouveaux de vision. Elle verra seulement si elle a des “visions”. Elle aura des visions si elle s’éduque avec des rêveries avant de s’éduquer avec des expériences, si les expériences viennent ensuite comme des preuves de ses rêveries.

Cette adhésion à l’invisible, voilà la poésie première, voilà la poésie qui nous permet de prendre goût à notre destin intime… La vraie poésie est une fonction d’éveil. » (Gaston Bachelard, L’Eau et les Rêvesessai sur l’imagination de la matière, José Corti, 194, p. 23-24.)


Partager

Facebook Twitter


Dimanche
21 juin 2015
14h30



Participations aux frais
Tarif normal 20 €
Tarif réduit 15 €